Nouvelles recettes

Des touristes surpris en train de manquer de facture pendant la course des taureaux

Des touristes surpris en train de manquer de facture pendant la course des taureaux


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un groupe de touristes a tenté de manquer un chèque lors de la course des taureaux à Pampelune

Wikimédia/StellarD

14 touristes italiens ont essayé de manquer une note de restaurant alors qu'ils étaient en Espagne pour la course de taureaux, mais la police les a attrapés.

Il faut beaucoup de courage pour participer à la course annuelle des taureaux à Pampelune, en Espagne, il n'est donc pas surprenant que certains touristes qui cherchaient à être poursuivis par des taureaux puissent être un peu cavaliers à l'idée d'enfreindre une loi ou deux. Mais cette semaine, un grand groupe de touristes italiens a essayé de dîner et de se précipiter dans un restaurant espagnol pendant le festival annuel, et la police les a attrapés et les a obligés à revenir en arrière et à laisser un bon pourboire.

Selon The Local, le festival de San Fermin a commencé le 6 juin et dure huit jours. Chaque matin pendant le festival, six taureaux sillonnent les rues étroites de la ville et des centaines de personnes tentent de s'écarter. Cinq personnes ont été encornées par des taureaux les deux premiers jours du festival cette année.

L'événement attire plus d'un million de personnes chaque année, et apparemment, après avoir fui quelques taureaux, fuir un serveur semble être une astuce facile. Ainsi, vendredi, juste après minuit, un groupe d'environ 14 touristes italiens est sorti d'un restaurant juste après l'arrivée de leur facture de 706 $.

Il est cependant plus facile de fuir un taureau que de fuir les flics, car la police locale a réussi à rassembler les touristes et à les obliger à retourner au restaurant et à payer leur facture. Les hommes ont également laissé un pourboire de 10% aux serveurs sur lesquels ils avaient essayé de manquer. La police a déclaré sur Twitter qu'elle n'avait pas en fait fait laisser un pourboire aux futurs dîners-et-dashers, mais qu'après avoir été attrapés et ramenés au restaurant pour payer leur dette, la honte et l'embarras des hommes les ont forcés à laisser un belle astuce aussi.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

L'entreprise – qui a récemment raccourci son nom en « Relias » dans le cadre d'un changement de marque motivé par la croissance – emploie désormais 450 personnes à Cary et environ 670 dans l'ensemble de l'entreprise.

En ce qui concerne les ventes, le profil LinkedIn de Triandiflou note que les revenus sont passés de 20 millions de dollars lorsqu'il est devenu PDG en 2012 à plus de 200 millions de dollars.

Relias ne compte pas s'arrêter là.

En juillet de l'année dernière, Relias a annoncé un plan d'expansion massif - un plan qui positionne l'entreprise pour créer 450 nouveaux emplois dans le Triangle d'ici 2020 et recevoir jusqu'à 5,3 millions de dollars d'incitations pour le faire par le biais du programme de l'État Job Development Investment Grant (JDIG). .

L'entreprise est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif et dépasser son domicile actuel au 111 Corning Road à Cary.

Ainsi, plus tôt cette année, Relias a choisi Perimeter Park pour un nouveau siège social étincelant et vitré, pouvant accueillir 700 employés. La société prévoit d'occuper l'espace d'ici le début de 2019.

Au cours de l'année dernière, Relias, qui se concentre sur le secteur des soins de santé, s'est lancé dans deux domaines d'activité supplémentaires : l'analyse et les évaluations. Et la société a annoncé sept acquisitions au cours des deux dernières années pour aider à réaliser cet exploit.

Elle s'est également implantée sur de nouveaux marchés internationaux et a réalisé sa première acquisition européenne : l'allemande Spm.

Le dynamisme de Triandiflou a guidé cette trajectoire, ce qui lui a valu l'honneur d'être l'homme d'affaires de l'année 2017 du Triangle Business Journal.

Cependant, la croissance s'accompagne d'une nouvelle série de défis.

« L'une de nos valeurs fondamentales est la soif d'apprendre… nous pouvons toujours mieux faire les choses », dit-il. « Nous apprenons de chaque acquisition, de chaque client… même si nous avons très bien réussi.

« Nous sommes une entreprise apprenante, nous devrions donc toujours essayer d'apprendre. Espérons que cela évite toute arrogance.

Grandir grâce aux acquisitions

Au cours de l'année 2017, Relias a annoncé une acquisition après l'autre à un rythme qui rivaliserait avec les entreprises les plus acheteuses. Les acquisitions ont reconstitué une nouvelle Relias, désormais deux tiers plus grande en termes de types d'offres de produits.

La dernière vague de la société a commencé en octobre de l'année dernière, lorsque Relias a annoncé les acquisitions de Swank HealthCare, basé à St. Louis, et d'AHC Media, basé à Atlanta. Les rachats ont propulsé l'entreprise sur le marché des soins de courte durée.

Au moment où il a acquis AHC et Swank, Relias n'était pas dans un seul hôpital. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans plus de 1 000 hôpitaux sur 5 700 aux États-Unis.

Ces mesures ont été suivies de près par l'annonce par Relias de son acquisition de Spm. Et le mois suivant, Relias a annoncé sa première acquisition dans l'analytique, en achetant Care Management Technologies (CMT) de Morrisville, et a également ajouté Advanced Practice Strategies, basée à Boston, visant à étendre les évaluations de pré-embauche. Cette annonce a suivi une autre quelques mois plus tard, lorsque la société a repris WhiteCloud Analytics de Boise, Idaho.

Carol Clayton, qui était présidente de CMT au moment de son acquisition, affirme que le processus menant à la vente a impliqué un certain nombre de conversations honnêtes entre les deux parties. Avec Triandiflou de l'autre côté de la table, ces conversations incluaient la question : « Pouvons-nous être plus que la somme de nos parties en nous réunissant ?

Tous les 32 employés de CMT ont rejoint Relias après l'acquisition - Clayton est maintenant chef des neurosciences translationnelles - et seuls deux sont partis depuis la fusion, a déclaré Clayton, qualifiant cette statistique de témoignage du processus de culture et d'intégration chez Relias.

« Nous avons une équipe de personnes qui ne fait que regarder l'acquisition d'entreprises, et nous avons une équipe de personnes qui ne fait que travailler sur l'intégration des entreprises une fois que nous les avons achetées », déclare Triandiflou. Chaque employé passe par un camp d'entraînement d'entreprise de huit jours axé sur la culture à son arrivée.

Triandiflou, note Clayton, est calme et confiant dans son leadership. Il n'a jamais été surpris à courir dans le bureau, à crier et à lancer des objets. « Il sait ce qu'il a, dit-elle. « Il a une culture qu’il a bâtie ici. »

Triandiflou dit que Relias veut garder cette culture « autant la même » que possible à mesure qu'elle grandit.

« Au cours des cinq dernières années, notre taux de croissance annuel composé est de 20 %, dit-il.

Avec les acquisitions, ce taux de croissance est parfois de 50 %, ajoute-t-il.

« Nous voulons toujours nous assurer que nous nous développons par nous-mêmes sans acquisitions », déclare Triandiflou. "Mais alors les acquisitions peuvent accélérer l'entrée dans un nouveau domaine de produits, dans une nouvelle partie des soins de santé, nous continuerons donc absolument à faire des acquisitions."

Certaines années, la croissance des effectifs de Relias est entièrement organique, tandis que d'autres années, la croissance des effectifs de l'entreprise peut être de « 25 % provenant d'acquisitions », selon Triandiflou.

Et la suite pourrait être sans précédent dans l'histoire de l'entreprise.

"Nous avons fait des acquisitions qui ont eu des dizaines de personnes, et nous envisageons maintenant des acquisitions beaucoup plus importantes - des centaines de personnes", dit-il.

« Je pense que nous allons faire plus d'une acquisition à succès - une acquisition transformationnelle - au cours des deux prochaines années, où nous pourrions ajouter des centaines de personnes et des dizaines, voire des centaines de millions de revenus qui nous apporteraient vraiment un un tout nouveau niveau de croissance.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

L'entreprise – qui a récemment raccourci son nom en « Relias » dans le cadre d'un changement de marque motivé par la croissance – emploie désormais 450 personnes à Cary et environ 670 dans l'ensemble de l'entreprise.

En ce qui concerne les ventes, le profil LinkedIn de Triandiflou note que les revenus sont passés de 20 millions de dollars lorsqu'il est devenu PDG en 2012 à plus de 200 millions de dollars.

Relias ne compte pas s'arrêter là.

En juillet de l'année dernière, Relias a annoncé un plan d'expansion massif - un plan qui positionne l'entreprise pour créer 450 nouveaux emplois dans le Triangle d'ici 2020 et recevoir jusqu'à 5,3 millions de dollars d'incitations pour le faire par le biais du programme de l'État Job Development Investment Grant (JDIG). .

L'entreprise est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif et dépasser son domicile actuel au 111 Corning Road à Cary.

Ainsi, plus tôt cette année, Relias a choisi Perimeter Park pour un nouveau siège social étincelant et vitré, pouvant accueillir 700 employés. La société prévoit d'occuper l'espace d'ici le début de 2019.

Au cours de l'année dernière, Relias, qui se concentre sur le secteur des soins de santé, s'est lancé dans deux domaines d'activité supplémentaires : l'analyse et les évaluations. Et la société a annoncé sept acquisitions au cours des deux dernières années pour aider à réaliser cet exploit.

Elle s'est également implantée sur de nouveaux marchés internationaux et a réalisé sa première acquisition européenne : l'allemande Spm.

Le dynamisme de Triandiflou a guidé cette trajectoire, ce qui lui a valu l'honneur d'être l'homme d'affaires de l'année 2017 du Triangle Business Journal.

Cependant, la croissance s'accompagne d'une nouvelle série de défis.

« L'une de nos valeurs fondamentales est la soif d'apprendre… nous pouvons toujours mieux faire les choses », dit-il. « Nous apprenons de chaque acquisition, de chaque client… même si nous avons très bien réussi.

« Nous sommes une entreprise apprenante, nous devrions donc toujours essayer d'apprendre. Espérons que cela évite toute arrogance.

Grandir grâce aux acquisitions

Au cours de l'année 2017, Relias a annoncé une acquisition après l'autre à un rythme qui rivaliserait avec les entreprises les plus acheteuses. Les acquisitions ont reconstitué une nouvelle Relias, désormais deux tiers plus grande en termes de types d'offres de produits.

La dernière vague de la société a commencé en octobre de l'année dernière, lorsque Relias a annoncé les acquisitions de Swank HealthCare, basé à St. Louis, et d'AHC Media, basé à Atlanta. Les rachats ont propulsé l'entreprise sur le marché des soins de courte durée.

Au moment où il a acquis AHC et Swank, Relias n'était pas dans un seul hôpital. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans plus de 1 000 hôpitaux sur 5 700 aux États-Unis.

Ces mesures ont été suivies de près par l'annonce par Relias de son acquisition de Spm. Et le mois suivant, Relias a annoncé sa première acquisition dans l'analytique, en achetant Care Management Technologies (CMT) de Morrisville, et a également ajouté Advanced Practice Strategies, basée à Boston, visant à étendre les évaluations de pré-embauche. Cette annonce a suivi une autre quelques mois plus tard, lorsque la société a repris WhiteCloud Analytics de Boise, Idaho.

Carol Clayton, qui était présidente de CMT au moment de son acquisition, affirme que le processus menant à la vente a impliqué un certain nombre de conversations honnêtes entre les deux parties. Avec Triandiflou de l'autre côté de la table, ces conversations incluaient la question : « Pouvons-nous être plus que la somme de nos parties en nous réunissant ?

Tous les 32 employés de CMT ont rejoint Relias après l'acquisition - Clayton est maintenant chef des neurosciences translationnelles - et seuls deux sont partis depuis la fusion, a déclaré Clayton, qualifiant cette statistique de témoignage du processus de culture et d'intégration chez Relias.

« Nous avons une équipe de personnes qui ne fait que regarder l'acquisition d'entreprises, et nous avons une équipe de personnes qui ne fait que travailler sur l'intégration des entreprises une fois que nous les avons achetées », déclare Triandiflou. Chaque employé passe par un camp d'entraînement d'entreprise de huit jours axé sur la culture à son arrivée.

Triandiflou, note Clayton, est calme et confiant dans son leadership. Il n'a jamais été surpris à courir dans le bureau, à crier et à lancer des objets. « Il sait ce qu'il a, dit-elle. « Il a une culture qu’il a bâtie ici. »

Triandiflou dit que Relias veut garder cette culture « autant la même » que possible à mesure qu'elle grandit.

« Au cours des cinq dernières années, notre taux de croissance annuel composé est de 20 %, dit-il.

Avec les acquisitions, ce taux de croissance est parfois de 50 %, ajoute-t-il.

« Nous voulons toujours nous assurer que nous nous développons par nous-mêmes sans acquisitions », déclare Triandiflou. "Mais alors les acquisitions peuvent accélérer l'entrée dans un nouveau domaine de produits, dans une nouvelle partie des soins de santé, nous continuerons donc absolument à faire des acquisitions."

Certaines années, la croissance des effectifs de Relias est entièrement organique, tandis que d'autres années, la croissance des effectifs de l'entreprise peut être de « 25 % provenant d'acquisitions », selon Triandiflou.

Et la suite pourrait être sans précédent dans l'histoire de l'entreprise.

"Nous avons fait des acquisitions qui ont eu des dizaines de personnes, et nous envisageons maintenant des acquisitions beaucoup plus importantes - des centaines de personnes", dit-il.

« Je pense que nous allons faire plus d'une acquisition à succès - une acquisition transformationnelle - au cours des deux prochaines années, où nous pourrions ajouter des centaines de personnes et des dizaines, voire des centaines de millions de revenus qui nous apporteraient vraiment un un tout nouveau niveau de croissance.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

L'entreprise – qui a récemment raccourci son nom en « Relias » dans le cadre d'un changement de marque motivé par la croissance – emploie désormais 450 personnes à Cary et environ 670 dans l'ensemble de l'entreprise.

En ce qui concerne les ventes, le profil LinkedIn de Triandiflou note que les revenus sont passés de 20 millions de dollars lorsqu'il est devenu PDG en 2012 à plus de 200 millions de dollars.

Relias ne compte pas s'arrêter là.

En juillet de l'année dernière, Relias a annoncé un plan d'expansion massif - un plan qui positionne l'entreprise pour créer 450 nouveaux emplois dans le Triangle d'ici 2020 et recevoir jusqu'à 5,3 millions de dollars d'incitations pour le faire par le biais du programme de l'État Job Development Investment Grant (JDIG). .

L'entreprise est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif et dépasser son domicile actuel au 111 Corning Road à Cary.

Ainsi, plus tôt cette année, Relias a choisi Perimeter Park pour un nouveau siège social étincelant et vitré, pouvant accueillir 700 employés. La société prévoit d'occuper l'espace d'ici le début de 2019.

Au cours de l'année dernière, Relias, qui se concentre sur le secteur des soins de santé, s'est lancé dans deux domaines d'activité supplémentaires : l'analyse et les évaluations. Et la société a annoncé sept acquisitions au cours des deux dernières années pour aider à réaliser cet exploit.

Elle s'est également implantée sur de nouveaux marchés internationaux et a réalisé sa première acquisition européenne : l'allemande Spm.

Le dynamisme de Triandiflou a guidé cette trajectoire, ce qui lui a valu l'honneur d'être l'homme d'affaires de l'année 2017 du Triangle Business Journal.

Cependant, la croissance s'accompagne d'une nouvelle série de défis.

« L'une de nos valeurs fondamentales est la soif d'apprendre… nous pouvons toujours mieux faire les choses », dit-il. « Nous apprenons de chaque acquisition, de chaque client… même si nous avons très bien réussi.

« Nous sommes une entreprise apprenante, nous devrions donc toujours essayer d'apprendre. Espérons que cela évite toute arrogance.

Grandir grâce aux acquisitions

Au cours de l'année 2017, Relias a annoncé une acquisition après l'autre à un rythme qui rivaliserait avec les entreprises les plus acheteuses. Les acquisitions ont reconstitué une nouvelle Relias, désormais deux tiers plus grande en termes de types d'offres de produits.

La dernière vague de la société a commencé en octobre de l'année dernière, lorsque Relias a annoncé les acquisitions de Swank HealthCare, basé à St. Louis, et d'AHC Media, basé à Atlanta. Les rachats ont propulsé l'entreprise sur le marché des soins de courte durée.

Au moment où il a acquis AHC et Swank, Relias n'était pas dans un seul hôpital. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans plus de 1 000 hôpitaux sur 5 700 aux États-Unis.

Ces mesures ont été suivies de près par l'annonce par Relias de son acquisition de Spm. Et le mois suivant, Relias a annoncé sa première acquisition dans l'analytique, en achetant Care Management Technologies (CMT) de Morrisville, et a également ajouté Advanced Practice Strategies, basée à Boston, visant à étendre les évaluations de pré-embauche. Cette annonce a suivi une autre quelques mois plus tard, lorsque la société a repris WhiteCloud Analytics de Boise, Idaho.

Carol Clayton, qui était présidente de CMT au moment de son acquisition, affirme que le processus menant à la vente a impliqué un certain nombre de conversations honnêtes entre les deux parties. Avec Triandiflou de l'autre côté de la table, ces conversations incluaient la question : « Pouvons-nous être plus que la somme de nos parties en nous réunissant ?

Tous les 32 employés de CMT ont rejoint Relias après l'acquisition - Clayton est maintenant chef des neurosciences translationnelles - et seuls deux sont partis depuis la fusion, a déclaré Clayton, qualifiant cette statistique de témoignage du processus de culture et d'intégration chez Relias.

« Nous avons une équipe de personnes qui ne fait que regarder l'acquisition d'entreprises, et nous avons une équipe de personnes qui ne fait que travailler sur l'intégration des entreprises une fois que nous les avons achetées », déclare Triandiflou. Chaque employé passe par un camp d'entraînement d'entreprise de huit jours axé sur la culture à son arrivée.

Triandiflou, note Clayton, est calme et confiant dans son leadership. Il n'a jamais été surpris à courir dans le bureau, à crier et à lancer des objets. « Il sait ce qu'il a, dit-elle. « Il a une culture qu’il a bâtie ici. »

Triandiflou dit que Relias veut garder cette culture « autant la même » que possible à mesure qu'elle grandit.

« Au cours des cinq dernières années, notre taux de croissance annuel composé est de 20 %, dit-il.

Avec les acquisitions, ce taux de croissance est parfois de 50 %, ajoute-t-il.

« Nous voulons toujours nous assurer que nous nous développons par nous-mêmes sans acquisitions », déclare Triandiflou. "Mais alors les acquisitions peuvent accélérer l'entrée dans un nouveau domaine de produits, dans une nouvelle partie des soins de santé, nous continuerons donc absolument à faire des acquisitions."

Certaines années, la croissance des effectifs de Relias est entièrement organique, tandis que d'autres années, la croissance des effectifs de l'entreprise peut être de « 25 % provenant d'acquisitions », selon Triandiflou.

Et la suite pourrait être sans précédent dans l'histoire de l'entreprise.

"Nous avons fait des acquisitions qui ont eu des dizaines de personnes, et nous envisageons maintenant des acquisitions beaucoup plus importantes - des centaines de personnes", dit-il.

« Je pense que nous allons faire plus d'une acquisition à succès - une acquisition transformationnelle - au cours des deux prochaines années, où nous pourrions ajouter des centaines de personnes et des dizaines, voire des centaines de millions de revenus qui nous apporteraient vraiment un un tout nouveau niveau de croissance.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

L'entreprise – qui a récemment raccourci son nom en « Relias » dans le cadre d'un changement de marque motivé par la croissance – emploie désormais 450 personnes à Cary et environ 670 dans l'ensemble de l'entreprise.

En ce qui concerne les ventes, le profil LinkedIn de Triandiflou note que les revenus sont passés de 20 millions de dollars lorsqu'il est devenu PDG en 2012 à plus de 200 millions de dollars.

Relias ne compte pas s'arrêter là.

En juillet de l'année dernière, Relias a annoncé un plan d'expansion massif - un plan qui positionne l'entreprise pour créer 450 nouveaux emplois dans le Triangle d'ici 2020 et recevoir jusqu'à 5,3 millions de dollars d'incitations pour le faire par le biais du programme de l'État Job Development Investment Grant (JDIG). .

L'entreprise est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif et dépasser son domicile actuel au 111 Corning Road à Cary.

Ainsi, plus tôt cette année, Relias a choisi Perimeter Park pour un nouveau siège social étincelant et vitré, pouvant accueillir 700 employés. La société prévoit d'occuper l'espace d'ici le début de 2019.

Au cours de l'année dernière, Relias, qui se concentre sur le secteur des soins de santé, s'est lancé dans deux domaines d'activité supplémentaires : l'analyse et les évaluations. Et la société a annoncé sept acquisitions au cours des deux dernières années pour aider à réaliser cet exploit.

Elle s'est également implantée sur de nouveaux marchés internationaux et a réalisé sa première acquisition européenne : l'allemande Spm.

Le dynamisme de Triandiflou a guidé cette trajectoire, ce qui lui a valu l'honneur d'être l'homme d'affaires de l'année 2017 du Triangle Business Journal.

Cependant, la croissance s'accompagne d'une nouvelle série de défis.

« L'une de nos valeurs fondamentales est la soif d'apprendre… nous pouvons toujours mieux faire les choses », dit-il. « Nous apprenons de chaque acquisition, de chaque client… même si nous avons très bien réussi.

« Nous sommes une entreprise apprenante, nous devrions donc toujours essayer d'apprendre. Espérons que cela évite toute arrogance.

Grandir grâce aux acquisitions

Au cours de l'année 2017, Relias a annoncé une acquisition après l'autre à un rythme qui rivaliserait avec les entreprises les plus acheteuses. Les acquisitions ont reconstitué une nouvelle Relias, désormais deux tiers plus grande en termes de types d'offres de produits.

La dernière vague de la société a commencé en octobre de l'année dernière, lorsque Relias a annoncé les acquisitions de Swank HealthCare, basé à St. Louis, et d'AHC Media, basé à Atlanta. Les rachats ont propulsé l'entreprise sur le marché des soins de courte durée.

Au moment où il a acquis AHC et Swank, Relias n'était pas dans un seul hôpital. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans plus de 1 000 hôpitaux sur 5 700 aux États-Unis.

Ces mesures ont été suivies de près par l'annonce par Relias de son acquisition de Spm. Et le mois suivant, Relias a annoncé sa première acquisition dans l'analytique, en achetant Care Management Technologies (CMT) de Morrisville, et a également ajouté Advanced Practice Strategies, basée à Boston, visant à étendre les évaluations de pré-embauche. Cette annonce a suivi une autre quelques mois plus tard, lorsque la société a repris WhiteCloud Analytics de Boise, Idaho.

Carol Clayton, qui était présidente de CMT au moment de son acquisition, affirme que le processus menant à la vente a impliqué un certain nombre de conversations honnêtes entre les deux parties. Avec Triandiflou de l'autre côté de la table, ces conversations incluaient la question : « Pouvons-nous être plus que la somme de nos parties en nous réunissant ?

Tous les 32 employés de CMT ont rejoint Relias après l'acquisition - Clayton est maintenant chef des neurosciences translationnelles - et seuls deux sont partis depuis la fusion, a déclaré Clayton, qualifiant cette statistique de témoignage du processus de culture et d'intégration chez Relias.

« Nous avons une équipe de personnes qui ne fait que regarder l'acquisition d'entreprises, et nous avons une équipe de personnes qui ne fait que travailler sur l'intégration des entreprises une fois que nous les avons achetées », déclare Triandiflou. Chaque employé passe par un camp d'entraînement d'entreprise de huit jours axé sur la culture à son arrivée.

Triandiflou, note Clayton, est calme et confiant dans son leadership. Il n'a jamais été surpris à courir dans le bureau, à crier et à lancer des choses. « Il sait ce qu'il a, dit-elle. « Il a une culture qu’il a bâtie ici. »

Triandiflou dit que Relias veut garder cette culture « autant la même » que possible à mesure qu'elle grandit.

« Au cours des cinq dernières années, notre taux de croissance annuel composé est de 20 %, dit-il.

Avec les acquisitions, ce taux de croissance est parfois de 50 %, ajoute-t-il.

« Nous voulons toujours nous assurer que nous nous développons par nous-mêmes sans acquisitions », déclare Triandiflou. "Mais alors les acquisitions peuvent accélérer l'entrée dans un nouveau domaine de produits, dans une nouvelle partie des soins de santé, nous continuerons donc absolument à faire des acquisitions."

Certaines années, la croissance des effectifs de Relias est entièrement organique, tandis que d'autres années, la croissance des effectifs de l'entreprise peut être de « 25 % provenant d'acquisitions », selon Triandiflou.

Et la suite pourrait être sans précédent dans l'histoire de l'entreprise.

"Nous avons fait des acquisitions qui ont eu des dizaines de personnes, et nous envisageons maintenant des acquisitions beaucoup plus importantes - des centaines de personnes", dit-il.

« Je pense que nous allons faire plus d'une acquisition à succès - une acquisition transformationnelle - au cours des deux prochaines années, où nous pourrions ajouter des centaines de personnes et des dizaines, voire des centaines de millions de revenus qui nous apporteraient vraiment un un tout nouveau niveau de croissance.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

L'entreprise – qui a récemment raccourci son nom en « Relias » dans le cadre d'un changement de marque motivé par la croissance – emploie désormais 450 personnes à Cary et environ 670 dans l'ensemble de l'entreprise.

En ce qui concerne les ventes, le profil LinkedIn de Triandiflou note que les revenus sont passés de 20 millions de dollars lorsqu'il est devenu PDG en 2012 à plus de 200 millions de dollars.

Relias ne compte pas s'arrêter là.

En juillet de l'année dernière, Relias a annoncé un plan d'expansion massif - un plan qui positionne l'entreprise pour créer 450 nouveaux emplois dans le Triangle d'ici 2020 et recevoir jusqu'à 5,3 millions de dollars d'incitations pour le faire par le biais du programme de l'État Job Development Investment Grant (JDIG). .

L'entreprise est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif et dépasser son domicile actuel au 111 Corning Road à Cary.

Ainsi, plus tôt cette année, Relias a choisi Perimeter Park pour un nouveau siège social étincelant et vitré, pouvant accueillir 700 employés. La société prévoit d'occuper l'espace d'ici le début de 2019.

Au cours de l'année dernière, Relias, qui se concentre sur le secteur des soins de santé, s'est lancé dans deux domaines d'activité supplémentaires : l'analyse et les évaluations. Et la société a annoncé sept acquisitions au cours des deux dernières années pour aider à réaliser cet exploit.

Elle s'est également implantée sur de nouveaux marchés internationaux et a réalisé sa première acquisition européenne : l'allemande Spm.

Le dynamisme de Triandiflou a guidé cette trajectoire, ce qui lui a valu l'honneur d'être l'homme d'affaires de l'année 2017 du Triangle Business Journal.

Cependant, la croissance s'accompagne d'une nouvelle série de défis.

« L'une de nos valeurs fondamentales est la soif d'apprendre… nous pouvons toujours mieux faire les choses », dit-il. « Nous apprenons de chaque acquisition, de chaque client… même si nous avons très bien réussi.

« Nous sommes une entreprise apprenante, nous devrions donc toujours essayer d'apprendre. Espérons que cela évite toute arrogance.

Grandir grâce aux acquisitions

Au cours de l'année 2017, Relias a annoncé une acquisition après l'autre à un rythme qui rivaliserait avec les entreprises les plus acheteuses. Les acquisitions ont reconstitué une nouvelle Relias, désormais deux tiers plus grande en termes de types d'offres de produits.

La dernière vague de la société a commencé en octobre de l'année dernière, lorsque Relias a annoncé les acquisitions de Swank HealthCare, basé à St. Louis, et d'AHC Media, basé à Atlanta. Les rachats ont propulsé l'entreprise sur le marché des soins de courte durée.

Au moment où il a acquis AHC et Swank, Relias n'était pas dans un seul hôpital. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans plus de 1 000 hôpitaux sur 5 700 aux États-Unis.

Ces mesures ont été suivies de près par l'annonce par Relias de son acquisition de Spm. Et le mois suivant, Relias a annoncé sa première acquisition dans l'analytique, en achetant Care Management Technologies (CMT) de Morrisville, et a également ajouté Advanced Practice Strategies, basée à Boston, visant à étendre les évaluations de pré-embauche. Cette annonce a suivi une autre quelques mois plus tard, lorsque la société a repris WhiteCloud Analytics de Boise, Idaho.

Carol Clayton, qui était présidente de CMT au moment de son acquisition, affirme que le processus menant à la vente a impliqué un certain nombre de conversations honnêtes entre les deux parties. Avec Triandiflou de l'autre côté de la table, ces conversations incluaient la question : « Pouvons-nous être plus que la somme de nos parties en nous réunissant ?

Tous les 32 employés de CMT ont rejoint Relias après l'acquisition - Clayton est maintenant chef des neurosciences translationnelles - et seuls deux sont partis depuis la fusion, a déclaré Clayton, qualifiant cette statistique de témoignage du processus de culture et d'intégration chez Relias.

« Nous avons une équipe de personnes qui ne fait que regarder l'acquisition d'entreprises, et nous avons une équipe de personnes qui ne fait que travailler sur l'intégration des entreprises une fois que nous les avons achetées », déclare Triandiflou. Chaque employé passe par un camp d'entraînement d'entreprise de huit jours axé sur la culture à son arrivée.

Triandiflou, note Clayton, est calme et confiant dans son leadership. Il n'a jamais été surpris à courir dans le bureau, à crier et à lancer des choses. « Il sait ce qu'il a, dit-elle. « Il a une culture qu’il a bâtie ici. »

Triandiflou dit que Relias veut garder cette culture « autant la même » que possible à mesure qu'elle grandit.

« Au cours des cinq dernières années, notre taux de croissance annuel composé est de 20 %, dit-il.

Avec les acquisitions, ce taux de croissance est parfois de 50 %, ajoute-t-il.

« Nous voulons toujours nous assurer que nous nous développons par nous-mêmes sans acquisitions », déclare Triandiflou. "Mais alors les acquisitions peuvent accélérer l'entrée dans un nouveau domaine de produits, dans une nouvelle partie des soins de santé, nous continuerons donc absolument à faire des acquisitions."

Certaines années, la croissance des effectifs de Relias est entièrement organique, tandis que d'autres années, la croissance des effectifs de l'entreprise peut être de « 25 % provenant d'acquisitions », selon Triandiflou.

Et la suite pourrait être sans précédent dans l'histoire de l'entreprise.

"Nous avons fait des acquisitions qui ont eu des dizaines de personnes, et nous envisageons maintenant des acquisitions beaucoup plus importantes - des centaines de personnes", dit-il.

« Je pense que nous allons faire plus d'une acquisition à succès - une acquisition transformationnelle - au cours des deux prochaines années, où nous pourrions ajouter des centaines de personnes et des dizaines, voire des centaines de millions de revenus qui nous apporteraient vraiment un un tout nouveau niveau de croissance.


Homme d'affaires de l'année : Relias' Triandiflou dirige une entreprise apprenante qui cherche toujours à apprendre

​Lorsque Jim Triandiflou, 52 ans, a rejoint Relias Learning en tant que PDG en 2012, la société de formation en ligne n'employait que 15 personnes à Cary et un peu plus de 100 dans l'ensemble de l'entreprise.

Aujourd'hui, cet effectif est très différent, tout comme son volume de ventes.

The company – which recently shortened its name to “Relias” in a growth-prompted rebranding – now employs 450 people in Cary and about 670 companywide.

As for sales, Triandiflou’s LinkedIn profile notes that revenue has risen from $20 million when he became CEO in 2012 to more than $200 million.

Relias doesn’t plan on stopping there.

In July of last year, Relias announced a massive expansion plan – one that positions the company to add 450 new jobs in the Triangle by 2020 and receive up to $5.3 million in incentives for doing so through the state’s Job Development Investment Grant (JDIG) program.

The company is on track to achieve that goal and outgrow its current home at 111 Corning Road in Cary.

So earlier this year, Relias pegged Perimeter Park for a sparkling new, glass-encased headquarters – one that has the capacity to house 700 employees. The company plans to occupy the space by early 2019.

Over the last year, Relias – focused on the health care industry – has moved into two additional areas of business: analytics and assessments. And the company has announced seven acquisitions in the past two years to aid in achieving that feat.

It has also expanded into a number of new international markets and completed its first European acquisition: Germany’s Spm.

Triandiflou’s drive has guided this trajectory, earning him the honor of being Triangle Business Journal’s 2017 Businessperson of the Year.

With growth, however, comes a new set of challenges.

“One of our core values is a thirst for learning … we can always do things better,” he says. “We learn from every acquisition, every customer … even if we did great.

“We are a learning company, so we should always be trying to learn. Hopefully, that staves off any arrogance.”

Growing big through acquisitions

Over the course of 2017, Relias announced one acquisition after another at a pace that would rival the most acquisitive of companies. The acquisi- tions pieced together a new Relias – one that is now two-thirds larger in terms of types of prod- uct offerings.

The company’s latest spree started in October of last year, when Relias announced acquisitions of St. Louis-based Swank HealthCare and Atlanta-based AHC Media. The buyouts moved the company into the acute-care market.

At the time it acquired AHC and Swank, Relias was not in a single hospital. Now the company is in more than 1,000 – out of 5,700 hospitals in the United States.

Those moves were closely followed by Relias’ announcement of its acquisition of Spm. And the fol lowing month,Relias announced its first acquisition in analytics, purchasing Morrisville’s Care Management Technologies (CMT), and also added Boston-based Advanced Practice Strategies, aimed at expansion into pre-hire assessments. That announcement followed another one a couple months later when the company picked up WhiteCloud Analytics of Boise, Idaho.

Carol Clayton, who served as president of CMT at the time of its acquisition, says the process leading up to the sale involved a number of honest con- versations between the two parties. With Triandiflou across the table, those conversations included the question, “Can we be more than the sum of our parts by coming together?”

All of CMT’s 32 employees joined Relias following the acquisition – Clayton is now chief of translational neurosciences – and only two have left since the merger, Clayton says, calling the statistic a testament to the culture and integration process at Relias.

“We have a team of people that does nothing but look at acquiring companies, and we have a team of people that [does] nothing but work on integra-tion of companies once we buy them,” Triandiflou says. Every employee goes through an eight-day, culture-focused company boot camp upon arrival.

Triandiflou, Clayton notes, is calm and confident in his leadership. He’s never caught running around the office, yelling and throwing things. “He knows what he has,” she says. “He has a culture that he has built here.”

Triandiflou says Relias wants to keep that culture “as much of the same” as possible as it grows.

“Over the last five years, our compound annual growth rate organically is 20 percent,” he says.

With acquisitions, that growth rate is sometimes 50 percent, he adds.

“We always want to make sure we are growing on our own without acquisitions,” Triandiflou says. “But then acquisitions can accelerate entry into a new product area, into a new part of health care, so we will absolutely continue to do acquisitions.”

Some years, Relias’ headcount growth is all organic, while other years the company’s headcount growth may be “25 percent from acquisitions,” according to Triandiflou.

And what’s next could be unprecedented in the company’s history.

“We have done acquisitions that have had dozens of people, and we’re now looking at much bigger acquisitions – hundreds of people,” he says.

“I think we’ll do more of a block- buster acquisition – a transformational acquisition – over the next couple of years, where we could add hundreds of people and tens, if not hundreds, of millions in revenue that would really bring us a whole new level of growth.”


Businessperson of the Year: Relias' Triandiflou leads a learning company always looking to learn

​When the 52-year-old Jim Triandiflou joined Relias Learning as CEO back in 2012, the online training company employed a mere 15 people in Cary and a little more than 100 companywide.

Today, that headcount looks much different – and so does its sales volume.

The company – which recently shortened its name to “Relias” in a growth-prompted rebranding – now employs 450 people in Cary and about 670 companywide.

As for sales, Triandiflou’s LinkedIn profile notes that revenue has risen from $20 million when he became CEO in 2012 to more than $200 million.

Relias doesn’t plan on stopping there.

In July of last year, Relias announced a massive expansion plan – one that positions the company to add 450 new jobs in the Triangle by 2020 and receive up to $5.3 million in incentives for doing so through the state’s Job Development Investment Grant (JDIG) program.

The company is on track to achieve that goal and outgrow its current home at 111 Corning Road in Cary.

So earlier this year, Relias pegged Perimeter Park for a sparkling new, glass-encased headquarters – one that has the capacity to house 700 employees. The company plans to occupy the space by early 2019.

Over the last year, Relias – focused on the health care industry – has moved into two additional areas of business: analytics and assessments. And the company has announced seven acquisitions in the past two years to aid in achieving that feat.

It has also expanded into a number of new international markets and completed its first European acquisition: Germany’s Spm.

Triandiflou’s drive has guided this trajectory, earning him the honor of being Triangle Business Journal’s 2017 Businessperson of the Year.

With growth, however, comes a new set of challenges.

“One of our core values is a thirst for learning … we can always do things better,” he says. “We learn from every acquisition, every customer … even if we did great.

“We are a learning company, so we should always be trying to learn. Hopefully, that staves off any arrogance.”

Growing big through acquisitions

Over the course of 2017, Relias announced one acquisition after another at a pace that would rival the most acquisitive of companies. The acquisi- tions pieced together a new Relias – one that is now two-thirds larger in terms of types of prod- uct offerings.

The company’s latest spree started in October of last year, when Relias announced acquisitions of St. Louis-based Swank HealthCare and Atlanta-based AHC Media. The buyouts moved the company into the acute-care market.

At the time it acquired AHC and Swank, Relias was not in a single hospital. Now the company is in more than 1,000 – out of 5,700 hospitals in the United States.

Those moves were closely followed by Relias’ announcement of its acquisition of Spm. And the fol lowing month,Relias announced its first acquisition in analytics, purchasing Morrisville’s Care Management Technologies (CMT), and also added Boston-based Advanced Practice Strategies, aimed at expansion into pre-hire assessments. That announcement followed another one a couple months later when the company picked up WhiteCloud Analytics of Boise, Idaho.

Carol Clayton, who served as president of CMT at the time of its acquisition, says the process leading up to the sale involved a number of honest con- versations between the two parties. With Triandiflou across the table, those conversations included the question, “Can we be more than the sum of our parts by coming together?”

All of CMT’s 32 employees joined Relias following the acquisition – Clayton is now chief of translational neurosciences – and only two have left since the merger, Clayton says, calling the statistic a testament to the culture and integration process at Relias.

“We have a team of people that does nothing but look at acquiring companies, and we have a team of people that [does] nothing but work on integra-tion of companies once we buy them,” Triandiflou says. Every employee goes through an eight-day, culture-focused company boot camp upon arrival.

Triandiflou, Clayton notes, is calm and confident in his leadership. He’s never caught running around the office, yelling and throwing things. “He knows what he has,” she says. “He has a culture that he has built here.”

Triandiflou says Relias wants to keep that culture “as much of the same” as possible as it grows.

“Over the last five years, our compound annual growth rate organically is 20 percent,” he says.

With acquisitions, that growth rate is sometimes 50 percent, he adds.

“We always want to make sure we are growing on our own without acquisitions,” Triandiflou says. “But then acquisitions can accelerate entry into a new product area, into a new part of health care, so we will absolutely continue to do acquisitions.”

Some years, Relias’ headcount growth is all organic, while other years the company’s headcount growth may be “25 percent from acquisitions,” according to Triandiflou.

And what’s next could be unprecedented in the company’s history.

“We have done acquisitions that have had dozens of people, and we’re now looking at much bigger acquisitions – hundreds of people,” he says.

“I think we’ll do more of a block- buster acquisition – a transformational acquisition – over the next couple of years, where we could add hundreds of people and tens, if not hundreds, of millions in revenue that would really bring us a whole new level of growth.”


Businessperson of the Year: Relias' Triandiflou leads a learning company always looking to learn

​When the 52-year-old Jim Triandiflou joined Relias Learning as CEO back in 2012, the online training company employed a mere 15 people in Cary and a little more than 100 companywide.

Today, that headcount looks much different – and so does its sales volume.

The company – which recently shortened its name to “Relias” in a growth-prompted rebranding – now employs 450 people in Cary and about 670 companywide.

As for sales, Triandiflou’s LinkedIn profile notes that revenue has risen from $20 million when he became CEO in 2012 to more than $200 million.

Relias doesn’t plan on stopping there.

In July of last year, Relias announced a massive expansion plan – one that positions the company to add 450 new jobs in the Triangle by 2020 and receive up to $5.3 million in incentives for doing so through the state’s Job Development Investment Grant (JDIG) program.

The company is on track to achieve that goal and outgrow its current home at 111 Corning Road in Cary.

So earlier this year, Relias pegged Perimeter Park for a sparkling new, glass-encased headquarters – one that has the capacity to house 700 employees. The company plans to occupy the space by early 2019.

Over the last year, Relias – focused on the health care industry – has moved into two additional areas of business: analytics and assessments. And the company has announced seven acquisitions in the past two years to aid in achieving that feat.

It has also expanded into a number of new international markets and completed its first European acquisition: Germany’s Spm.

Triandiflou’s drive has guided this trajectory, earning him the honor of being Triangle Business Journal’s 2017 Businessperson of the Year.

With growth, however, comes a new set of challenges.

“One of our core values is a thirst for learning … we can always do things better,” he says. “We learn from every acquisition, every customer … even if we did great.

“We are a learning company, so we should always be trying to learn. Hopefully, that staves off any arrogance.”

Growing big through acquisitions

Over the course of 2017, Relias announced one acquisition after another at a pace that would rival the most acquisitive of companies. The acquisi- tions pieced together a new Relias – one that is now two-thirds larger in terms of types of prod- uct offerings.

The company’s latest spree started in October of last year, when Relias announced acquisitions of St. Louis-based Swank HealthCare and Atlanta-based AHC Media. The buyouts moved the company into the acute-care market.

At the time it acquired AHC and Swank, Relias was not in a single hospital. Now the company is in more than 1,000 – out of 5,700 hospitals in the United States.

Those moves were closely followed by Relias’ announcement of its acquisition of Spm. And the fol lowing month,Relias announced its first acquisition in analytics, purchasing Morrisville’s Care Management Technologies (CMT), and also added Boston-based Advanced Practice Strategies, aimed at expansion into pre-hire assessments. That announcement followed another one a couple months later when the company picked up WhiteCloud Analytics of Boise, Idaho.

Carol Clayton, who served as president of CMT at the time of its acquisition, says the process leading up to the sale involved a number of honest con- versations between the two parties. With Triandiflou across the table, those conversations included the question, “Can we be more than the sum of our parts by coming together?”

All of CMT’s 32 employees joined Relias following the acquisition – Clayton is now chief of translational neurosciences – and only two have left since the merger, Clayton says, calling the statistic a testament to the culture and integration process at Relias.

“We have a team of people that does nothing but look at acquiring companies, and we have a team of people that [does] nothing but work on integra-tion of companies once we buy them,” Triandiflou says. Every employee goes through an eight-day, culture-focused company boot camp upon arrival.

Triandiflou, Clayton notes, is calm and confident in his leadership. He’s never caught running around the office, yelling and throwing things. “He knows what he has,” she says. “He has a culture that he has built here.”

Triandiflou says Relias wants to keep that culture “as much of the same” as possible as it grows.

“Over the last five years, our compound annual growth rate organically is 20 percent,” he says.

With acquisitions, that growth rate is sometimes 50 percent, he adds.

“We always want to make sure we are growing on our own without acquisitions,” Triandiflou says. “But then acquisitions can accelerate entry into a new product area, into a new part of health care, so we will absolutely continue to do acquisitions.”

Some years, Relias’ headcount growth is all organic, while other years the company’s headcount growth may be “25 percent from acquisitions,” according to Triandiflou.

And what’s next could be unprecedented in the company’s history.

“We have done acquisitions that have had dozens of people, and we’re now looking at much bigger acquisitions – hundreds of people,” he says.

“I think we’ll do more of a block- buster acquisition – a transformational acquisition – over the next couple of years, where we could add hundreds of people and tens, if not hundreds, of millions in revenue that would really bring us a whole new level of growth.”


Businessperson of the Year: Relias' Triandiflou leads a learning company always looking to learn

​When the 52-year-old Jim Triandiflou joined Relias Learning as CEO back in 2012, the online training company employed a mere 15 people in Cary and a little more than 100 companywide.

Today, that headcount looks much different – and so does its sales volume.

The company – which recently shortened its name to “Relias” in a growth-prompted rebranding – now employs 450 people in Cary and about 670 companywide.

As for sales, Triandiflou’s LinkedIn profile notes that revenue has risen from $20 million when he became CEO in 2012 to more than $200 million.

Relias doesn’t plan on stopping there.

In July of last year, Relias announced a massive expansion plan – one that positions the company to add 450 new jobs in the Triangle by 2020 and receive up to $5.3 million in incentives for doing so through the state’s Job Development Investment Grant (JDIG) program.

The company is on track to achieve that goal and outgrow its current home at 111 Corning Road in Cary.

So earlier this year, Relias pegged Perimeter Park for a sparkling new, glass-encased headquarters – one that has the capacity to house 700 employees. The company plans to occupy the space by early 2019.

Over the last year, Relias – focused on the health care industry – has moved into two additional areas of business: analytics and assessments. And the company has announced seven acquisitions in the past two years to aid in achieving that feat.

It has also expanded into a number of new international markets and completed its first European acquisition: Germany’s Spm.

Triandiflou’s drive has guided this trajectory, earning him the honor of being Triangle Business Journal’s 2017 Businessperson of the Year.

With growth, however, comes a new set of challenges.

“One of our core values is a thirst for learning … we can always do things better,” he says. “We learn from every acquisition, every customer … even if we did great.

“We are a learning company, so we should always be trying to learn. Hopefully, that staves off any arrogance.”

Growing big through acquisitions

Over the course of 2017, Relias announced one acquisition after another at a pace that would rival the most acquisitive of companies. The acquisi- tions pieced together a new Relias – one that is now two-thirds larger in terms of types of prod- uct offerings.

The company’s latest spree started in October of last year, when Relias announced acquisitions of St. Louis-based Swank HealthCare and Atlanta-based AHC Media. The buyouts moved the company into the acute-care market.

At the time it acquired AHC and Swank, Relias was not in a single hospital. Now the company is in more than 1,000 – out of 5,700 hospitals in the United States.

Those moves were closely followed by Relias’ announcement of its acquisition of Spm. And the fol lowing month,Relias announced its first acquisition in analytics, purchasing Morrisville’s Care Management Technologies (CMT), and also added Boston-based Advanced Practice Strategies, aimed at expansion into pre-hire assessments. That announcement followed another one a couple months later when the company picked up WhiteCloud Analytics of Boise, Idaho.

Carol Clayton, who served as president of CMT at the time of its acquisition, says the process leading up to the sale involved a number of honest con- versations between the two parties. With Triandiflou across the table, those conversations included the question, “Can we be more than the sum of our parts by coming together?”

All of CMT’s 32 employees joined Relias following the acquisition – Clayton is now chief of translational neurosciences – and only two have left since the merger, Clayton says, calling the statistic a testament to the culture and integration process at Relias.

“We have a team of people that does nothing but look at acquiring companies, and we have a team of people that [does] nothing but work on integra-tion of companies once we buy them,” Triandiflou says. Every employee goes through an eight-day, culture-focused company boot camp upon arrival.

Triandiflou, Clayton notes, is calm and confident in his leadership. He’s never caught running around the office, yelling and throwing things. “He knows what he has,” she says. “He has a culture that he has built here.”

Triandiflou says Relias wants to keep that culture “as much of the same” as possible as it grows.

“Over the last five years, our compound annual growth rate organically is 20 percent,” he says.

With acquisitions, that growth rate is sometimes 50 percent, he adds.

“We always want to make sure we are growing on our own without acquisitions,” Triandiflou says. “But then acquisitions can accelerate entry into a new product area, into a new part of health care, so we will absolutely continue to do acquisitions.”

Some years, Relias’ headcount growth is all organic, while other years the company’s headcount growth may be “25 percent from acquisitions,” according to Triandiflou.

And what’s next could be unprecedented in the company’s history.

“We have done acquisitions that have had dozens of people, and we’re now looking at much bigger acquisitions – hundreds of people,” he says.

“I think we’ll do more of a block- buster acquisition – a transformational acquisition – over the next couple of years, where we could add hundreds of people and tens, if not hundreds, of millions in revenue that would really bring us a whole new level of growth.”


Businessperson of the Year: Relias' Triandiflou leads a learning company always looking to learn

​When the 52-year-old Jim Triandiflou joined Relias Learning as CEO back in 2012, the online training company employed a mere 15 people in Cary and a little more than 100 companywide.

Today, that headcount looks much different – and so does its sales volume.

The company – which recently shortened its name to “Relias” in a growth-prompted rebranding – now employs 450 people in Cary and about 670 companywide.

As for sales, Triandiflou’s LinkedIn profile notes that revenue has risen from $20 million when he became CEO in 2012 to more than $200 million.

Relias doesn’t plan on stopping there.

In July of last year, Relias announced a massive expansion plan – one that positions the company to add 450 new jobs in the Triangle by 2020 and receive up to $5.3 million in incentives for doing so through the state’s Job Development Investment Grant (JDIG) program.

The company is on track to achieve that goal and outgrow its current home at 111 Corning Road in Cary.

So earlier this year, Relias pegged Perimeter Park for a sparkling new, glass-encased headquarters – one that has the capacity to house 700 employees. The company plans to occupy the space by early 2019.

Over the last year, Relias – focused on the health care industry – has moved into two additional areas of business: analytics and assessments. And the company has announced seven acquisitions in the past two years to aid in achieving that feat.

It has also expanded into a number of new international markets and completed its first European acquisition: Germany’s Spm.

Triandiflou’s drive has guided this trajectory, earning him the honor of being Triangle Business Journal’s 2017 Businessperson of the Year.

With growth, however, comes a new set of challenges.

“One of our core values is a thirst for learning … we can always do things better,” he says. “We learn from every acquisition, every customer … even if we did great.

“We are a learning company, so we should always be trying to learn. Hopefully, that staves off any arrogance.”

Growing big through acquisitions

Over the course of 2017, Relias announced one acquisition after another at a pace that would rival the most acquisitive of companies. The acquisi- tions pieced together a new Relias – one that is now two-thirds larger in terms of types of prod- uct offerings.

The company’s latest spree started in October of last year, when Relias announced acquisitions of St. Louis-based Swank HealthCare and Atlanta-based AHC Media. The buyouts moved the company into the acute-care market.

At the time it acquired AHC and Swank, Relias was not in a single hospital. Now the company is in more than 1,000 – out of 5,700 hospitals in the United States.

Those moves were closely followed by Relias’ announcement of its acquisition of Spm. And the fol lowing month,Relias announced its first acquisition in analytics, purchasing Morrisville’s Care Management Technologies (CMT), and also added Boston-based Advanced Practice Strategies, aimed at expansion into pre-hire assessments. That announcement followed another one a couple months later when the company picked up WhiteCloud Analytics of Boise, Idaho.

Carol Clayton, who served as president of CMT at the time of its acquisition, says the process leading up to the sale involved a number of honest con- versations between the two parties. With Triandiflou across the table, those conversations included the question, “Can we be more than the sum of our parts by coming together?”

All of CMT’s 32 employees joined Relias following the acquisition – Clayton is now chief of translational neurosciences – and only two have left since the merger, Clayton says, calling the statistic a testament to the culture and integration process at Relias.

“We have a team of people that does nothing but look at acquiring companies, and we have a team of people that [does] nothing but work on integra-tion of companies once we buy them,” Triandiflou says. Every employee goes through an eight-day, culture-focused company boot camp upon arrival.

Triandiflou, Clayton notes, is calm and confident in his leadership. He’s never caught running around the office, yelling and throwing things. “He knows what he has,” she says. “He has a culture that he has built here.”

Triandiflou says Relias wants to keep that culture “as much of the same” as possible as it grows.

“Over the last five years, our compound annual growth rate organically is 20 percent,” he says.

With acquisitions, that growth rate is sometimes 50 percent, he adds.

“We always want to make sure we are growing on our own without acquisitions,” Triandiflou says. “But then acquisitions can accelerate entry into a new product area, into a new part of health care, so we will absolutely continue to do acquisitions.”

Some years, Relias’ headcount growth is all organic, while other years the company’s headcount growth may be “25 percent from acquisitions,” according to Triandiflou.

And what’s next could be unprecedented in the company’s history.

“We have done acquisitions that have had dozens of people, and we’re now looking at much bigger acquisitions – hundreds of people,” he says.

“I think we’ll do more of a block- buster acquisition – a transformational acquisition – over the next couple of years, where we could add hundreds of people and tens, if not hundreds, of millions in revenue that would really bring us a whole new level of growth.”